A l’ami vieillissant / de l’autre côté des 40 ans…

J’aperçois un des aspects séduisants dans le processus de vieillissement.
Tout n’est pas perdu…

Il est difficile de dire si je le sens poindre en moi ou si, par anticipation, il se révèle en imaginant les bénéfices du ressenti de ce que je peux constater parmi ceux de mes amis au-delà des 40 ans.

Les termes qui me viennent pour rendre cette impression sont en anglais : « back burner », « back seat ».
Il semble qu’ils aient accepté de désinvestir le devant de la scène ou qu’ils aient cessé d’avoir l’aptitude de s’y maintenir.
Le premier cas est dû à la sagesse de la vieillesse en marche, le second, plus cruel, relève d’une sagesse forcée. Au final, une sagesse quand même.

Toujours est-il que dès lors qu’ils n’occupent plus le devant de la scène, il émane d’eux une grande paix. Celle-là même qui, par procuration, ou par anticipation, me laisse goûter quelques un de ses éclats ce soir.

Occuper le devant de la scène : voilà  précisément ce qui, de mon côté des 40 ans est si éprouvant : trouver l’histoire qui captive ou le récit qui saura me mettre en avant, montrer ce que je perçois être mon meilleur profil, faire preuve d’esprit, être le premier à lancer sa langue de crapaud sur la blague moustique, laisser le monde goûter de la pertinence sans pareil de mes analyses politiques, les informer sur les derniers mises à jour des ragots du moment.

J’observe mon ami, lui d’habitude si beau, si brillant, …ce n’est d’ailleurs pas qu’il ait cessé de l’être mais l’ambition de le rester a disparue, tout cela a cessé de l’intéresser.
Tous ces éléments ne sont plus le moteur de ses interactions.
A mes yeux de trentenaire déclinant, voilà l’ouverture d’un territoire de fascination.

Je le vois assister du fond de son siège, embrassant tout ce qui se dit, et ne se dit pas, d’un large regard, écoutant sans chercher à rebondir mais, en laissant résonner en lui les paroles et les gestes de tous.
S’il intervient parfois, c’est pour livrer la quintessence de son être ou, de façon triviale, et toujours sans aucun attachement à une quelconque issue, à un quelconque positionnement social – c’est là le point principal, à la manière dont le groupe le percevra suite à sa modalité de participation.

J’imagine déjà à quoi une discussion entre personnes âgées peut ressembler : un silence de connivences multilatérales. Quand tous les mots ont été dits, que toutes les positions ont été prises, quand tous les masques ont été portés, peut-être alors peut commencer le silence de l’amitié.

Publicités

1 réflexion sur « A l’ami vieillissant / de l’autre côté des 40 ans… »

  1. magnifique texte (même si on ne se sent pas vieux à 40 printemps :P) !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close